Une petite douceur, qui fait craquer tous le monde..... La madeleine (biscuit lorrain)

J'ai souvent fait des madeleines et le problème était le chapeau du dessus. Et cette fois j'ai trouvé la bonne recette. En deux étapes.

DSCN3082

Recette et ingrédients

100 gr de beurre + une noisette pour le moule

80 gr sucre poudre

40 gr farine

3 oeufs (séparer le blanc du jaune)

vanille en poudre.

1= Chauffer le beurre (micro-ondes ou casserole). mettre de côté, mélanger la farine, sucre et vanille. Battre les blancs en neige et mettre de côté. Ajouter le beurre et les jaunes aux poudres (farine sucre vanille) mélanger, puis ajouter les blancs et mélanger de nouveau. Couvrir d'un film étirable et mettre au réfrigérateur, 2 h. 

2= Chauffer le four à 190° 1/4 h, beurrer le moule et remplir les empreintes, cuire 5 min à 190° et baisser à 160° 10 min.

Le chapeau arrive très vite (le choc de température froid chaud permet de développer le chapeau).

DSCN3074

DSCN3069

DSCN3070

Origine

Le château de Commercy où fut révélé l'existence de la madeleine.

La madeleine de Commercy porterait le prénom d'une jeune cuisinière de Commercy, Madeleine Paulmier. Servante de la marquise Perrotin de Baumont, en 1755, elle aurait fabriqué ces gâteaux pour le duc viager Stanislas Leszczyński.

Ce dernier donnait une réception dans son château mais, confronté à un esclandre entre son intendant et son cuisinier, le souverain ne pouvait conclure les agapes faute de dessert, le cuisinier l'ayant emporté dans sa colère en quittant le château. C'est alors qu'une jeune servante de la marquise Perrotin de Beaumont, Madeleine Paulmier, se permit de proposer la recette d'un gâteau qu'elle tenait de sa grand-mère. Faute de mieux, l'ex-roi de Pologne fut bien obligé de condescendre à accepter.

La noble assemblée se délecta de ce dessert impromptu et providentiel. Soulagé, le duc Stanislas voulut se faire présenter celle qui avait accompli cette "merveille" et, en homme galant, donna au petit gâteau moulé dans une coquille Saint-Jacques le prénom de la jeune héroïne, Madeleine.

Cette tradition Lorraine s'est prolongée jusqu'à nos jours.

Selon d'autres sources incertaines, la madeleine remonterait à l'origine du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, où une jeune fille nommée « Madeleine », aurait offert aux pèlerins un gâteau aux œufs, moulé dans une coquille Saint-Jacques (qui est l'emblème du pèlerinage)1.

Histoire

Un moule à madeleine.

Depuis la fin du xixe siècle, jusqu'à la veille de la Seconde Guerre mondiale, les voyageurs du chemin de fer qui passaient par la gare de Commercy se pressaient aux portières des wagons, afin de contempler le spectacle insolite des vendeuses de madeleines portant de grands paniers d'osier aux marques bien apparentes et qui circulaient au milieu de la foule en gare de Commercy, en criant aussi fort qu'elles pouvaient le nom de la fabrique qu'elles représentaient. Ce spectacle très attendu, coloré et bruyant était unique sur l'ensemble du réseau ferré français. Ce fut un dur métier pour ces femmes, tenues de vendre le maximum de boîtes dans un minimum de temps, mais cela contribua à la popularité de la madeleine

Cette article provient de wikipédia.

DSCN3075  DSCN3065